NOU-S PERPIGNAN a débuté sa « Caravane des quartiers » à Saint-Assiscle samedi 23 février.

La Caravane des quartiers

En nous installant avec notre vélo-carriole dans un lieu stratégique de chaque quartier à raison d’une fois par mois, il s’agit de faire connaître notre collectif et de recueillir l’avis des habitant·e·s sur leur quartier et sur la ville, afin d’engager un dialogue fructueux et de prendre la mesure de la situation partout à Perpignan.

Continuer la lecture de « NOU-S PERPIGNAN a débuté sa « Caravane des quartiers » à Saint-Assiscle samedi 23 février. »

Comteroux : Arrêtons la fuite en avant

Friche Comteroux en 2019

Visionnaire comme à son habitude, Jean-Marc Pujol soutient l’extension des surfaces commerciales autour de Perpignan Sud, le regroupement de 12 000 m² de Décathlon sur les derniers terrains vierges de Porte d’Espagne, et l’ouverture d’une galerie de 8 000 m² dans les anciens magasins Comteroux. Tout en jurant bien sûr de défendre de toutes ses forces un centre-ville qu’il a laissé se ruiner depuis 10 ans. On connaît par cœur ce spectacle, qu’on a encore vu jouer récemment pour la belle réussite du Carré d’Or.

La vérité c’est que la relocalisation de Décathlon et l’ouverture de magasins dans le bâtiment de Comteroux vont finir de congestionner un triangle avenue d’Espagne, chemin de la Fauceille, route d’Argelès, déjà complètement saturé. Vont provoquer une augmentation des flux sur le chemin de la Passio Vella malgré les mises en garde de la SNCF qui craint pour la sécurité au passage à niveau. Vont libérer les actuels magasins Décathlon pour de nouvelles surfaces commerciales qui porteront un coup fatal au commerce de centre-ville déjà moribond.

La vérité c’est que Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan et président de la communauté urbaine Perpignan-Méditerranée, n’a jamais rien fait avec ses amis pour mettre en œuvre un plan de développement commercial à l’échelle de l’agglomération, et a encouragé la prolifération anarchique des grandes surfaces. À Pollestres, à deux kilomètres de Comteroux, 14 000 m² de grandes surfaces sortent de terre, la zone de Claira doit encore s’étendre, la Mas Guérido ne cesse de progresser vers Cabestany. On vise sans doute une place au Guiness Book : département avec la plus grande densité de surface commerciale par habitant dans le pays avec la plus grande densité de surface commerciale par habitant. Au moins enfin quelque chose pour lequel nous serons premiers.

La vérité enfin c’est que le calcul économique qui nous parle d’emplois est démenti depuis longtemps. Les surfaces commerciales détruisent plus d’emplois qu’elles n’en créent : pour un emploi créé en grande surface c’en sont 3 de détruits par ailleurs ! L’état du département le prouve assez : à mesure que les grandes surfaces se sont multipliées, le département s’est enfoncé dans la pauvreté.

Il est temps de penser un urbanisme et un développement économique intelligent et responsable à Perpignan, qui redonne sa force d’attractivité au centre-ville, et d’arrêter de foncer tête baissée en répétant n’importe quoi. Le secteur séparant l’avenue d’Espagne du Moulin-à-Vent, qui est en train d’être sacrifié sur l’autel imbécile de la construction immobilière et de la consommation à tout-va par le biais de la grande distribution, devrait faire l’objet d’une entreprise de reconquête pour en faire le poumon vert du Sud de la ville.

Le projet Comteroux doit être le point de départ de la reconquête de ces zones mono-fonctionnelles en véritables quartiers qui répondent aux impératifs de mixité fonctionnelle et sociale attendue pour la ville de demain. Cette opération devrait être le point d’entrée du poumon vert Sud de la ville en permettant la liaison vers l’Est

Urban Ski à Perpignan : Stop à la bêtise et à l’indécence.

Urban Ski à Perpignan (crédit photo Mélina Dufraigne)

Il fait 50 °C en Australie, où des hommes et des animaux meurent littéralement de chaud. Chez nous, la plaine du Roussillon vient de voir prolonger ses mesures de restriction d’eau à cause d’une situation de sécheresse endémique. Et voilà qu’on déverse pour s’amuser des tonnes de neige au centre de Perpignan pour faire semblant de faire du ski à 17 °C.

Continuer la lecture de « Urban Ski à Perpignan : Stop à la bêtise et à l’indécence. »

Pollution lumineuse et éclairage public : NOU-S PERPIGNAN poursuit son combat

Le 16 novembre dernier le collectif NOU-S PERPIGNAN avait constaté que 116 enseignes ne respectaient pas les dispositions du Grenelle de l’environnement leur demandant d’éteindre leurs façades et leurs vitrines entre 1h et 6h du matin. Après avoir alerté la presse, il avait envoyé le 30 novembre la liste de ces enseignes à Jean-Marc Pujol en lui demandant de faire appliquer la loi. Il lui avait également signalé la nécessité de modifier un éclairage public mal réfléchi, illuminant des rocades désertes toute la nuit.

Continuer la lecture de « Pollution lumineuse et éclairage public : NOU-S PERPIGNAN poursuit son combat »

NOU-S PERPIGNAN défend le projet des Z’Abattoirs : pour un tiers-lieu de l’innovation sociale, économique et écologique

Le projet des Z’Abattoirs veut permettre la reconquête d’une friche urbaine et industrielle, celle des anciens abattoirs municipaux.
Il est porté depuis près de 5 ans par des associations de quartiers, dont la vocation est de favoriser le lien social, et, depuis 2 ans, par des acteurs issus du monde de la défense de l’environnement et de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS).

Le tiers-lieu des Z'Abattoirs
Le tiers-lieu des Z’Abattoirs
Continuer la lecture de « NOU-S PERPIGNAN défend le projet des Z’Abattoirs : pour un tiers-lieu de l’innovation sociale, économique et écologique »

Perpignan à gauche. Relevons le défi !

Tout le monde le sait, la situation politique de la gauche à Perpignan est préoccupante. Et toutes les rumeurs préviennent du danger d’une victoire du Rassemblement national aux prochaines municipales. Fondées ou non, elles doivent inviter les gens de gauche à s’unir pour pouvoir lutter, et pour offrir à la ville et à ses habitants un véritable horizon.

NOU-S PERPIGNAN est prêt à relever le défi, et tend la main à tous les progressistes afin de constituer une force et une dynamique capables de renverser ces sombres pronostics. Pour cela il faut du renouvellement, dans les figures et dans les pratiques, afin de redonner confiance aux Perpignanais. Pour cela il faut à la fois de l’audace et du pragmatisme dans les propositions, afin d’inventer une ville où il fasse à nouveau bon vivre. Pour cela il faut un esprit de concorde, une capacité d’ouverture, afin que toutes les forces de gauche puissent se sentir partie prenante de cet effort collectif.

C’est pour cela que le collectif NOU-S PERPIGNAN s’est constitué. Il propose à tous les citoyens et à toutes les formations qui veulent relever ce défi d’être l’instrument de cette reconquête.