NOU-S PERPIGNAN a marché avec les habitants de Saint-Jacques

Les membres du collectif NOU-S PERPIGNAN, solidaires des habitants du quartier Saint-Jacques qui voient s’abattre sur eux les destructions d’un NPNRU mené sans concertation et sans écoute, ont tenu à manifester à leur côté ce lundi 30 juillet.

Rassemblement place du Puig
Rassemblement place du Puig

La marche silencieuse qui a parcouru les rues du centre-ville jusqu’à la préfecture, où une réunion de conciliation a dû être organisée par les représentants de l’État après les tensions du week-end, a donné un bel exemple de leur dignité et de leur responsabilité. La bonne humeur, la vitalité et le sérieux des habitants de Saint-Jacques sont la meilleure réponse à tous les discours stigmatisant qui veulent justifier la destruction de ce quartier au nom de leur incurable négligence. Si ce quartier est le plus pauvre de France c’est parce qu’on l’a abandonné, avant de vouloir aujourd’hui le démolir.

Arrêt photo devant la mairie
Arrêt photo devant la mairie

Ce que les membres de NOU-S PERPIGNAN retiennent de ce moment grave mais joyeux, c’est d’abord un sentiment de convivialité autour d’une identité partagée d’habitants du quartier. Le message qu’ont voulu faire passer les manifestants, et qui était visible dans le défilé, c’est que Saint-Jacques n’est pas un ghetto mais un lieu de convivialité et de rapports pacifiques entre les habitants, un lieu ouvert aux autres Perpignanais et aux visiteurs.

Dans un premier temps la préfecture ne désire recevoir que les représentants de la communauté gitane.
Dans un premier temps la préfecture ne désire recevoir que les représentants de la communauté gitane.

C’est ensuite les effets de la stigmatisation et du racisme ordinaire dont souffrent ces habitants, qui n’avaient de cesse d’expliquer que les Gitans étaient des gens pacifiques, qu’ils ne voulaient faire de mal à personne, et de vouloir montrer qu’ils pouvaient se comporter « normalement ». Rien ne dit mieux la cassure que l’on a laissé se creuser entre Perpignanais depuis des années, et le sentiment de relégation qui habitent certains d’entre eux. Le besoin de reconnaissance et d’écoute de ces populations méritent un travail social de fond, qui leur permettent de renouer avec le reste de leurs concitoyens. Il devrait être au fondement même du NPNRU.

Les manifestants rentrent dans la préfecture pour imposer que tous les représentants des habitants de Saint-Jacques et des associations de défense du patrimoine soient reçus
Les manifestants rentrent dans la préfecture pour imposer que tous les représentants des habitants de Saint-Jacques et des associations de défense du patrimoine soient reçus

C’est enfin l’attachement des habitants à leur quartier, et leur inquiétude devant ce qu’ils considèrent comme une manœuvre de « dispersion ». Ces familles, ces enfants, veulent vivre à Saint-Jacques, ils y ont leurs maisons, leurs parents, leurs repères. Et ils ont peur de voir demain leur maison éventrée, leur famille séparée, leur vie bouleversée. Tout le monde peut comprendre cela dans le monde d’aujourd’hui.

La préfecture acceptz enfin de recevoir l'intégralité de la délégation
La préfecture accepte enfin de recevoir l’intégralité de la délégation

C’est pourquoi NOU-S PERPIGNAN s’associe pleinement aux vœux des habitants de Saint-Jacques de voir un moratoire mis sur les destructions, et réclame qu’une véritable concertation soit engagée, qui permettent de répondre à leurs inquiétudes. La manière dont les opérations ayant été menées jusqu’alors manquant singulièrement d’intelligence et d’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *