La ronde de nuit de NOU-S PERPIGNAN

Dans la nuit du 16 au 17 novembre 2018, les membres du collectif NOU-S PERPIGNAN ont visité les périphéries commerciales de notre ville pour vérifier que la loi prévoyant l’extinction des enseignes, des vitrines, et des façades des locaux commerciaux et industriels entre 1h et 6h du matin y soit bien respectée. Les entreprises ont eu 6 ans pour se mettre en conformité. Et il incombe à la municipalité de les rappeler à l’ordre, voire de les sanctionner.
Pour autant, et comme ils le craignaient, beaucoup d’entreprises ne respectent toujours pas la loi dans notre ville. Ils ont constaté 116 infractions en parcourant le polygone Nord, la route d’Espagne, l’avenue Julien Panchot, et la route de Prades.

Ces illuminations nocturnes ne servent à rien. Personne ne les voit ou presque, mais elles correspondent chaque année en France à l’équivalent de la consommation électrique de 370 000 foyers, pour un coût de 200M d’euros.
Ces illuminations sont néfastes à notre environnement. Elles sont désormais présentées comme une des menaces les plus sérieuses pour la biodiversité. En effet elles désorientent les oiseaux, particulièrement les oiseaux migrateurs. Elles perturbent et détruisent les insectes. Et les leds dont on nous vante à Perpignan l’efficacité énergétique, sont encore plus meurtrières pour ceux-ci.
Enfin, des études suggèrent que la pollution lumineuse a des effets négatifs sur la santé humaine, en dégradant le sommeil des personnes. Si bien que la Grande-Bretagne a légiféré dès 2006 pour contenir la pollution lumineuse pour des raisons de santé publique.

Aussi est-il temps que notre ville se lance dans une politique résolue de diminution de la pollution lumineuse, et dans la mise en place de « trames noires », qui nous permettent à nouveau de voir le ciel étoilé.
Le collectif NOU-S PERPIGNAN transmettra la liste des entreprises contrevenantes au maire de Perpignan, et lui demandera de faire appliquer la loi dans notre ville. Mais plus que cela, après cette pérégrination nocturne, il demande à ce que soit mis en place une véritable politique d’économie d’énergie intelligente et efficace, tant le gaspillage que constitue l’éclairage public est également flagrant. Dans ces zones commerciales périphériques, des dizaines, des centaines de lampadaires restent allumer toutes les nuits à illuminer le vide pour personne. Et nous ne croyons pas que les Perpignanais veuillent payer plus longtemps pour cela.
La municipalité se gargarise d’avoir remplacé quelques ampoules traditionnelles par des leds. Mais elle devrait apprendre que la meilleure des énergies est celle qu’on ne dépense pas. Pour protéger notre environnement, notre santé, et nos portefeuilles, il est temps de réduire intelligemment l’éclairage nocturne de notre ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *