Forum#1 – Quelle démocratie voulons-nous pour la ville ?

Il y a un an depuis la place Arago, Nou-s Perpignan appelait les habitant.es à réagir devant l’état de déliquescence de notre ville et à se mobiliser pour porter un projet réellement démocratique, social et écologique pour les municipales 2020.

Après un an d’actions de terrain et de formulation de propositions, Nou-s Perpignan a invité ce samedi après-midi sur la place Rigaud les habitant.es de Perpignan pour un moment de réflexion et d’échanges sur la démocratie à l’échelle de la ville. 150 personnes ont partagé un moment de ce forum, assistant aux prises de paroles, participants aux ateliers ou se régalant du spectacle final de Louvalemonde, crieuse publique.

Oriol de Ganyem Figueres présente la démarche municipaliste conduite aux élections de mai 2019

Nous avons pu nous informer, nous rencontrer dans nos différences, échanger, nous mettre en questionnement. C’est le fondement d’une démarche de repolitisation des citoyen.nes, qui donne  pour nous donner confiance en notre capacité d’analyse et de propositions et qui dessine collectivement le futur de notre ville. Loin des discours infantilisants sur la prétendue impossibilité des citoyen.nes  à prendre des décisions ‘raisonnables’, nous affirmons au contraire que si les conditions d’une réelle participation sont mises en œuvre, les habitant.es sont capables et veulent prendre les orientations qui s’imposent pour répondre à la pauvreté et la ségrégation dans notre ville comme aux crises écologiques. C’est sans détour que nous affirmons pouvoir gagner contre le projet du rejet de l’autre car la solidarité et l’engagement qui se dégagent de nos actions témoignent d’une réelle volonté des habitant.es d’aller vers des modèles d’écologies structurelles, relationnelles et environnementales.

Ainsi, Nou-s Perpignan continuera de proposer des temps collectifs et ouverts à tou.tes pour développer son programme de transition radicale dans notre ville, vers plus de justice sociale, le respect de tou.tes, la reconsidération de nos services publics et de nos biens communs et la transition écologique comme économique. La période électorale doit être mise à profit pour pratiquer cette démocratie vivante et permanente que nous défendrons auprès des électeur.rices en 2020 : c’est en la pratiquant que l’on reprend notre pouvoir de citoyen.ne et il est de la responsabilité de chacun.e de s’en emparer pour lutter contre la réduction de nos libertés.

Louvalemonde, crieuse publique pour finir avec le sourire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *