PERPIGNAN, Ville d’accueil

Immigré, étranger, migrant, réfugié, demandeur d’asile, sans-papiers… autant de termes qui agitent le monde politique, nourrissent conversations et fantasmes, et interpellent notre société souvent sur fond d’ignorance, de malentendus, de contre-vérités et d’instrumentalisation.
Pour la droite et l’extrême-droite, l’accueil des « étrangers » est un prétexte pour justifier une politique d’exclusion, pour aggraver les communautarismes, diviser les travailleurs, les précaires et tous ceux qui sont en difficulté : les boucs-émissaires sont toujours utiles !
Pour la gauche qui, sur cette question, peine à tenir un langage clair et à sortir des propositions en demi-teinte, c’est une difficulté.
Pour Nou-s Perpignan, c’est l’opportunité de rappeler des vérités et de prendre les problèmes à bras-le-corps, ici, à Perpignan et en terre catalane.

Tout d’abord, rappelons que l’histoire de l’humanité est, hier comme aujourd’hui, une histoire de migrations. À ce titre, l’Europe, la France, la Catalogne, Perpignan sont historiquement des terres d’accueil et de métissage. Depuis plus d’un siècle, prédestinés par notre position frontalière, par notre proximité avec la Méditerranée et notre culture, nous avons accueilli nombre d’étrangers (Espagnols, Portugais, Catalans du Sud, Nord-Africains, Africains). De même dans les années 70 (et encore maintenant) avons-nous reçu des personnes venues d’autres coins de France désireuses de quitter la vie citadine et de donner un autre sens à leur vie, personnes souvent porteuses de projets alternatifs enrichissants pour notre département. Plus récemment des retraités venus d’autres régions de France ou d’autres pays. Et maintenant des réfugiés et demandeurs d’asile fuyant la guerre, les dictatures, les mafias (Moyen-Orient ou pays de l’Est) ou la misère (Afrique).

Soyons clairs : il n’y a pas de tsunami migratoire. Notre capacité à accueillir quelques centaines d’étrangers est intacte. Perpignan peut et doit rester « catalane et plurielle ». L’attractivité de Perpignan et de son agglomération est réelle mais leur population est vieillissante contrairement aux « nouveaux étrangers » plutôt jeunes. En lien avec ce vieillissement, de nouveaux besoins émergent, source d’emplois nouveaux.

Notre ville, nous le savons, a cette capacité historique de métissage : le centre-ville en est la preuve où la place reste publique et où se mêlent les cultures quelles que soient les origines et les parcours. C’est de cette richesse humaine que naissent bon nombre d’initiatives culturelles, sociales et de solidarité, malheureusement trop peu reconnues comme le liant véritable de la ville.

Nou-s Perpignan invite à un projet de ville novateur, dynamique, au service de tous et qui traduise en actes sa vocation de « ville accueillante ».

Quelques pistes de réponses spécifiques :

  • Un pôle d’information et d’accompagnement pour les étrangers, complémentaire aux associations déjà existantes et dédiées.
  • Des structures municipales d’alphabétisation dans les quartiers car l’illettrisme progresse, et la mise à disposition de locaux pour écrivains publics.
  • La réhabilitation des quartiers « abandonnés », notamment les neuf quartiers « Politique de la ville » qui comptent parmi les plus pauvres de France. Aucun ne doit devenir un lieu d’exclusion, communautariste, ghettoïsé. Tous doivent participer au métissage, à la mixité sociale et culturelle.
  • La réintroduction d’une vie culturelle, sportive, sociale et économique réellement inclusive.

Ni assistanat, ni exclusion ou rejet. Mais au contraire accueil, accompagnement, insertion et intégration pour éviter les frustrations conduisant aux affrontements.

Voilà le défi humain et généreux, respectueux du droit et de la justice, conforme à un futur économique, social et politique viable et positif que « NOU-S PERPIGNAN » vous proposons de relever ensemble à Perpignan !

Une réponse sur “PERPIGNAN, Ville d’accueil”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *