Pour Jean-Marc Pujol : « les discriminations, c’est pas trop chez nous qu’il y en a ! »

Lors du comité de pilotage du Contrat de Ville qui s’est tenu le 26 septembre 2019, Jean-Marc Pujol, en qualité de Président de Perpignan Méditerranée Métropole, a déclaré de but en blanc : « Les discriminations, c’est pas trop chez nous qu’il y en a ! ».
S’en est suivi une série de propos visant clairement à minimiser, voire relativiser, la réalité des discriminations et notamment les violences faites aux femmes.

Ces propos, tenus alors que la réunion portait à ce moment-là sur les programmes de lutte contre les discriminations, montre le déphasage complet entre la réalité que vivent les Perpignanais·es et les Français·es en général et la vision du monde affichée par une équipe municipale clairement à bout de souffle.

Certes, pour reprendre le propos de Jean-Marc Pujol, la France n’est pas le pire pays où vivre. Mais comparaison n’est pas raison !

Les politiques mises en œuvre par la municipalité et la communauté urbaine sont largement en deçà des besoins exprimés par les habitant·es de Perpignan. L’affaire de l’hôtel La Cigale a fini de montrer le ridicule de la municipalité pour tout ce qui touche à la défense des plus fragiles.
La lutte contre toutes les formes de discrimination, contre les féminicides, contre l’homophobie, contre le racisme, doit être une priorité de la mairie et de la communauté urbaine.
Perpignan doit être une ville accueillante pour tous et qui défend chacun de ses habitant·es !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *