Nous c’est NOU-S. La troupe du maire fait un bide au théâtre municipal.

Le théâtre Jordi Pere Cerdà

Le collectif NOU-S PERPIGNAN s’ attriste de voir que le maire de Perpignan ne réussit pas mieux dans le registre de l’humour que dans celui de la grandeur outragée. L’acteur manque de justesse.

Un conseil d’abord à notre apprenti comédien. Avant de jouer il faut répéter, et connaître aussi le rôle de ceux à qui on donne la réplique. NOU-S PERPIGNAN n’est pas la résurrection du collectif de défense du théâtre. NOU-S PERPIGNAN est un collectif qui prépare un projet municipal démocratique, solidaire et écologique, en parfaite contradiction avec sa politique arbitraire, dissolvante et bétonnière. Mais soyons indulgent, une opposition municipale à Perpignan…ça fait longtemps qu’on ne sait plus ce que c’est. Continuer la lecture de « Nous c’est NOU-S. La troupe du maire fait un bide au théâtre municipal. »

Sauvons le théâtre municipal Jordi Pere Cerdà !

Le 2 août 2018 madame la ministre de la Culture s’est dite inquiète que le théâtre municipal Jordi Pere Cerdà de Perpignan soit défiguré par les travaux de la phase 2 du Campus Mailly.

Cette prise de position peut sembler une victoire pour les défenseurs du théâtre. Elle reprend les arguments qu’avance l’Association de sauvegarde du patrimoine artistique et historique roussillonnais depuis septembre 2017. Mais elle ne garantit en rien l’abandon du projet.

À ce jour des appels à candidature sont en cours, une convention de mise à disposition d’immeubles de 96 ans a été signée avec l’université, la révision du règlement du secteur sauvegardé va bon train, des opérations immobilières ont déjà été effectuées, et le théâtre a changé de gestionnaire. Pour finir les sièges ont tous été enlevés courant août, ce qui rend le lieu inutilisable pour de longs mois, si ce n’est plus.

Cette phase 2 du Campus Mailly est soutenu activement par le Conseil départemental, partenaire du NPNRU, qui est prêt à céder pour 1 euro une partie du couvent Saint-Sauveur. Il faut donc souhaiter que l’étonnant regain d’intérêt manifesté par sa présidente pour le sort de Saint-Jacques s’étendra jusqu’à la place Rigaud.
En effet, si le projet est mené à son terme, le théâtre perdra sa fonction de lieu culturel quoi qu’en dise monsieur le maire. Tous les gens sérieux savent bien que les activités de l’université ne sont pas compatibles avec le fonctionnement d’un théâtre. La Bourse du travail subira une opération de chirurgie lourde qui la rendra méconnaissable. Le temple protestant fermera. Et plusieurs immeubles anciens, dont l’école Roland, subiront une « rénovation » à la mode perpignanaise. Le musée des écoles a déjà été vidé et muré.

Devant la perspective de ces nouvelles destructions, si typiques de l’ère Pujol, la municipalité n’a jamais été capable d’expliquer en quoi ce projet d’installation de la faculté de droit va aider à l’amélioration des conditions socio-économiques catastrophiques que connaît le centre ancien de Perpignan. Et près de 8 millions d’euros ont déjà été investis dans la phase 1 du Campus Mailly, sans que la moindre étude d’impact n’ait été réalisée et sans que la moindre réunion de concertation n’ait eu lieu.

Le collectif NOU-S Perpignan demande qu’un véritable débat coût/bénéfice, appuyé sur de vraies études d’impact, ait lieu autour du futur du théâtre. Et que les acteurs culturels, les associations concernées, et les habitants de toute de la ville de Perpignan soient enfin associés à un projet qui engage la ville jusqu’en 2113 !

Le théâtre municipal Jordi Pere Cerdà
Le théâtre municipal Jordi Pere Cerdà