Comteroux : Arrêtons la fuite en avant

Friche Comteroux en 2019

Visionnaire comme à son habitude, Jean-Marc Pujol soutient l’extension des surfaces commerciales autour de Perpignan Sud, le regroupement de 12 000 m² de Décathlon sur les derniers terrains vierges de Porte d’Espagne, et l’ouverture d’une galerie de 8 000 m² dans les anciens magasins Comteroux. Tout en jurant bien sûr de défendre de toutes ses forces un centre-ville qu’il a laissé se ruiner depuis 10 ans. On connaît par cœur ce spectacle, qu’on a encore vu jouer récemment pour la belle réussite du Carré d’Or.

La vérité c’est que la relocalisation de Décathlon et l’ouverture de magasins dans le bâtiment de Comteroux vont finir de congestionner un triangle avenue d’Espagne, chemin de la Fauceille, route d’Argelès, déjà complètement saturé. Vont provoquer une augmentation des flux sur le chemin de la Passio Vella malgré les mises en garde de la SNCF qui craint pour la sécurité au passage à niveau. Vont libérer les actuels magasins Décathlon pour de nouvelles surfaces commerciales qui porteront un coup fatal au commerce de centre-ville déjà moribond.

La vérité c’est que Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan et président de la communauté urbaine Perpignan-Méditerranée, n’a jamais rien fait avec ses amis pour mettre en œuvre un plan de développement commercial à l’échelle de l’agglomération, et a encouragé la prolifération anarchique des grandes surfaces. À Pollestres, à deux kilomètres de Comteroux, 14 000 m² de grandes surfaces sortent de terre, la zone de Claira doit encore s’étendre, la Mas Guérido ne cesse de progresser vers Cabestany. On vise sans doute une place au Guiness Book : département avec la plus grande densité de surface commerciale par habitant dans le pays avec la plus grande densité de surface commerciale par habitant. Au moins enfin quelque chose pour lequel nous serons premiers.

La vérité enfin c’est que le calcul économique qui nous parle d’emplois est démenti depuis longtemps. Les surfaces commerciales détruisent plus d’emplois qu’elles n’en créent : pour un emploi créé en grande surface c’en sont 3 de détruits par ailleurs ! L’état du département le prouve assez : à mesure que les grandes surfaces se sont multipliées, le département s’est enfoncé dans la pauvreté.

Il est temps de penser un urbanisme et un développement économique intelligent et responsable à Perpignan, qui redonne sa force d’attractivité au centre-ville, et d’arrêter de foncer tête baissée en répétant n’importe quoi. Le secteur séparant l’avenue d’Espagne du Moulin-à-Vent, qui est en train d’être sacrifié sur l’autel imbécile de la construction immobilière et de la consommation à tout-va par le biais de la grande distribution, devrait faire l’objet d’une entreprise de reconquête pour en faire le poumon vert du Sud de la ville.

Le projet Comteroux doit être le point de départ de la reconquête de ces zones mono-fonctionnelles en véritables quartiers qui répondent aux impératifs de mixité fonctionnelle et sociale attendue pour la ville de demain. Cette opération devrait être le point d’entrée du poumon vert Sud de la ville en permettant la liaison vers l’Est